VENDUE. Huile de Maurice Leloir

promenade aux porteurs. VENDUE.

Cette charmante huile sur bois encadrée et vitrée, a été chinée par votre antiquaire à Nice. Le sujet, de cette peinture, est emprunt d’un humour subtile et d’une précision dans les costumes chère à Maurice Leloir. Cette femme de la noblesse, se faisant porter par ses deux courtisans dans la fontaine, respire l’espièglerie : cette promenade dans le parc et le pique-nique risque d’être épique.
Notre tableau porte la signature en bas à gauche de Maurice Leloir.

Technique : huile sur bois, avec cadre doré et vitre de protection.
Sujet : Femme aux porteurs.
Signature : tableau signé en bas à gauche de Maurice Leloir.

Période : Fin XIX ème, début XX ème siècle.
Artiste : Maurice LELOIR (1853-1940), école française, référencé Benezit.
Dimensions du panneau : Longueur 27 cm – Hauteur 35,5 cm.
Dimensions du cadre : Longueur 40 cm – Hauteur 48 cm.

Etat de l’huile sur bois : très bon état général. Il est juste à noter que l’encadrement, a provoqué avec le temps des marques sur les endroits ayant un contact de frottement surtout sur le côté droit et le bas (voir photos 10 et 11).
Etat de la vitre : très bon état, elle n’est ni cassée ni fêlée. Elle présente quelques rayures légères et quasi invisibles.
Etat du cadre : le cadre montre de nombreux manques dans la dorure mais cela n’altère en rien la qualité de ce tableau (voir photos de 12 à 15).

VENDUE.

La Chimère, Michel Rebuffel , antiquaire à Nice.

Tableau huile sur panneau de bois, objet d’antiquité de la fin du 19ème siècle / début du 20ème siècle, signé Maurice Leloir visible au sein de notre magasin à Nice.

Maurice Leloir, né le 1er novembre 1853 à Paris où il y est mort le 7 octobre 1940, est un peintre d’histoire et scènes de genre français. Il était aussi reconnu comme un fin illustrateur, aquarelliste, dessinateur, graveur, écrivain et enfin comme un grand collectionneur.

Maurice Leloir est né dans une famille d’artistes.
Fils d’Auguste Leloir (1809 – 1892, peintre d’histoire et portraitiste français) et d’Heloïse Colin-Leloir (1820 – 1873, dessinatrice pour gravures de mode et aquarelliste), il fut l’élève des ses parents ainsi que de son frère Alexandre-Louis Leloir (1843-1884, peintre et illustrateur spécialisé dans la peinture d’histoire et les scènes de genre) et de son grand-père Alexandre Colin.
Il commença à étudier aux Beaux-Arts mais la guerre de 1870 l’empêcha de poursuivre. Il s’intéressa alors à l’illustration d’ouvrages classiques, ce qui accrut son goût pour le costume ancien et particulièrement celui du XVIII ème siècle. Cet intérêt particulier le poussa à devenir un érudit dans ce domaine peu étudié pour lui-même à cette époque, sauf par les costumiers de théâtre ou les peintres de genre historique. À partir de cette époque, Leloir va devenir et sera considéré par la suite comme le spécialiste infaillible des scènes historiques, et, à ce titre, il est sollicité par les imprimeurs de travaux publicitaires pour des maisons de nouveautés, épiceries fines et hôtelleries.

Il fut également l’illustrateur des œuvres de Jean-Jacques Rousseau, Molière, Balzac, Musset, Alexandre Dumas père, Marivaux, etc, pour divers éditeurs.

On lui commande aussi des ensembles décoratifs, tels que :
- en 1903 le salon de la villa Tijuca d’Antonin Bordes (grand armateur français) à Saint-Jean Cap-Ferrat en avec des scènes de Trianon et Versailles au XVIII ème siècle,
- et, en 1923, des scènes de style Louis XIV au plafond et sur les frises du salon de thé de la marquise de Sévigné boulevard de la Madeleine.

Il fut aussi auteur de mises en scènes avec Sarah Bernhardt, André Antoine, Albert Carré et Firmin Gémier.
Il fut le metteur en scène d’un film à Hollywood : 20 ans après ou Le masque de fer.

Maurice Leloir était aussi un homme actif dans le milieu de l’Art et cela pas uniquement à travers ses œuvres.
En 1879, il fait parti des membres fondateurs de la « Société Des Aquarellistes Français » puis en devient Président de 1909 à 1940.
Il est aussi l’un des membres fondateur en 1906 de la « Société de l’Histoire du Costume », reconnue d’utilité publique en 1912, dont il fut Président de 1906 à 1940. Spécialiste du costume, il rassembla une collection de costumes du 16 ème jusqu’au 20 ème siècle : les « Collections Maurice Leloir » qui furent données à la ville de Paris en 1920 et complétées après sa mort en 1940.
Ces milliers de pièces constituent la base du Musée Municipal du Costume dont il fut l’apôtre.

On lui doit le « Dictionnaire du Costume et de ses accessoires des armes et des étoffes, des origines à ,nos jours », ouvrage indispensable pour tout spécialiste ou collectionneur de costume, qu’il termina quelques jours seulement avant son décès. C’est une publication considérable dont il fut l’auteur et l’illustrateur.

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,